Accueil > Actualités > Le Confinement Responsable - Lettre du CoDES 04 > LE CONFINEMENT RESPONSABLE - Lettre N° 9

Actualités

LE CONFINEMENT RESPONSABLE - Lettre N° 9

image COVID 19

 image covid 19

Au-delà des conseils, propositions et suggestions dont nous sommes abreuvés par les médias, et à l’aube de cette nouvelle période de 4 semaines, l’équipe du CoDES 04 a décidé de recenser les lieux, les partenaires, et plus généralement les interlocuteurs, qui peuvent nous aider à la vivre au mieux.

Ce travail sera publié dans le prochain exemplaire du CONFINEMENT RESPONSABLE.

En attendant, nous consacrons le neuvième numéro aux éventuelles conséquences du confinement, au sein des cellules familiales.

Cet exemplaire est à l’usage de chacun, personnes directement concernées, (hommes femmes enfants), familiers, voisins, victimes ou témoins de comportements violents.

L’équipe du CoDES 04 en télétravail, et attentive à votre santé.

 

COVID 19 et auteurs de violences intrafamiliales :

Faire cesser la cohabitation lorsqu'elle est dangereuse

Faire cesser la cohabitation lorsqu'elle est dangereuse

Une plate-forme d’orientation consacrée à l’éviction du conjoint violent (ctrl + clic) a  été ouverte lundi 6 avril.

Gérée par le groupe SOS solidarités , elle peut être saisie par mail à l’adresse eviction@groupe-sos.org . Les réponses seront fournies :

- Directement par le procureur de la République,

- Par l’association ou le service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) en charge des enquêtes sociales rapides,

- Ou par le juge aux affaires familiales ou son greffe ,

Le cas échéant, un téléphone grave danger pourra être attribué à la victime. 

Un suivi psychologique pourra être également assuré, en particulier par des professionnels affiliés à la Fédération Nationale des Associations et des Centres de prise en Charge d'Auteurs de Violences conjugales & Familiales (FNACAV).

Le Secrétariat d’Etat à l’égalité femmes/hommes a créé une ligne spéciale : le 08 019 019 11 , ouverte du lundi au dimanche, de 9 h à 19 h, dont le but est de recevoir les appels d’hommes qui se sentent au bord du passage à l’acte

La fédération nationale des CIDFF (centres d’information aux droits des femmes et des familles) a organisé un accueil, de manière spécifique, dans chaque département (liste disponible en cliquant sur ce lien). Cliquer sur le lien pour accéder à la fiche de présentation du dispositif (ctrl + clic)

La fédération nationale Solidarité femmes, qui gère la plate-forme 3919, a réorganisé les modalités de travail de ses écoutantes.

Sur le plan national, la plateforme téléphonique 116006 accueille de nouveau en direct les appels. Ses services sont gratuits – anonymes et confidentiels - 7 jours sur 7 de 9h à 19h) et hors métropole +33 (0)1 80 50 33 76,victimes@france-victimes.fr  pour faciliter la révélation des victimes qui ont des difficultés à parler.

Appel à l’aide par messages privés sur Facebook ou Twitter.

Lutte contre les violences conjugales durant le confinement

 image arretons les violences 3919

Phase 1 du plan d'urgence : la mise en œuvre

L’alerte

Le numéro 114 est désormais ouvert aux femmes victimes de violences. Il permet d'alerter les forces de l'ordre par SMS sans être entendue. 

  • Le numéro d’écoute national 39-19 géré par la Fédération Nationale Solidarité Femmes est ouvert durant la période de confinement de 9H à 19H du lundi au samedi

  • La plateforme arretonslesviolences.gouv.fr , accessible prioritairement depuis le site « service-public.fr « , reste active 24h/7j et permet de dialoguer avec des forces de l’ordre formées aux violences sexistes et sexuelles de manière anonyme et sécurisée (aucune trace des échanges après la déconnexion).

Phase 2 du plan d'urgence : alertes dans les pharmacies 

  • En lien avec l'ordre national des pharmaciens, le ministère de l’intérieur et le secrétariat aux droits des femmes créent un système d'alerte dans les pharmacies permettant aux forces de l'ordre d'intervenir dans une officine si une femme victime se présente. Cette dernière a la possibilité d’utiliser un code d'alerte (dire "masque 19").

    Télécharger les outils de formation sur les violences faites aux femmes

    La MIPROF, a conçu des outils de formation sur les violences faites aux femmes  :...
    Ces outils s’adressent à l’ensemble des professionnel.le.s susceptibles d’intervenir auprès des femmes victimes de violences.

           Le kit «  Anna  » : les violences au sein du couple

           Le kit «  Elisa  » : les violences sexuelles

           Le kit «  Tom et Léna  » : l’impact sur les enfants des violences dans le couple

           Le kit «  Protection sur ordonnance  »

           le kit «  Une femme comme moi  » : les violences sexuelles au travail

           Le kit «  Bilakoro  » : le repérage et la prise en charge des mineures confrontées aux mutilations sexuelles féminines

           Le kit «  Harcèlements et violences sexuels dans les transports  »

    Les mariages forcés  : (ctrl + clic pour suivre le lien) le repérage et la prise en charge des filles et des femmes victimes de mariages forcés

    Les modèles d’attestations et de certificats (ctrl + clic pour suivre le lien) pouvant être établis par la.le professionnel.le

    Les clips vidéo " paroles d’expert.e.s " (ctrl + clic pour suivre le lien) approfondissant certaines notions clés du socle commun de connaissance sur les violences

    Les clips vidéo réalisés par le Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT) en collaboration avec la MIPROF destinés aux agents et agentes d’accueil, et plus largement aux professionnel.le.s en contact avec le public.

    Ces outils sont gratuits et ne peuvent en aucun cas être exploités à des fins commerciales. 

COVID- 19 Confinement : signalement des violences sexuelles et sexistes

 image Ne rien laisser passer

L'occasion de rappeler l'existence de la plateforme : https://arretonslesviolences.gouv.fr/

Il existe trois recours possibles pour vous apporter de l'aide ainsi que de l'information actualisée :

 image violences sexistes et sexuelles

Le portail de signalement en ligne des violences sexuelles et sexiste  accessible via :
www.service-public.fr
ou
www.signalement-violences-sexuelles-sexistes.gouv.fr

Enfants en danger

Covid 19 : signalez l’enfance en danger au 119

 image enfants en danger

1. Consignes transmises à l’ensemble des professionnels de protection de l’enfance

Une première fiche s’adresse à l’ensemble des professionnels exerçant dans les établissements et services d’intervention à domicile en protection de l’enfance. Une fiche similaire concernant les assistants familiaux a également été communiquée aujourd’hui aux professionnels concernés. Les deux fiches sont jointes à ce communiqué.

2. Courrier aux présidents de conseils départementaux

Adrien Taquet a adressé un courrier à l’ensemble des présidents de conseils départementaux sur les doctrines et réponses communes à apporter dans les prochaines semaines pour les enfants protégés.

3. Accueil et scolarisation des enfants des professionnels de la protection de l’enfance

Les professionnels exerçant dans les établissements et services départementaux, publics et associatifs de protection de l’enfance et de protection maternelle et infantile font partie des professionnels désignés prioritaires pour bénéficier de la garde d’enfants, de l’accès aux écoles et collèges, de l’accueil en crèche et de la scolarisation de leurs enfants

4. Mise à l’abri et prise en charge des mineurs et jeunes majeurs non accompagnés

Les députés ont voté l’interdiction de sortie des dispositifs de l’Aide sociale à l’enfance de chaque enfant atteignant sa majorité durant la période de crise du Covid-19.

5. Continuité du service 119

Pour tout cas de danger grave et immédiat, avec nécessité d’une intervention sur place, il convient de contacter les services de première urgence : les services de police ou de gendarmerie (17 ou 112), les pompiers (18 ou 112) ou le Samu (15). Ces services restent mobilisés pour ces situations d’urgence.

Le 119, numéro d’appel pour l’enfance en danger, continue à être joignable 24/24 et 7jr/7 ; les appels d’enfants restent prioritaires.

L’ensemble de l’équipe du Groupement d’intérêt public enfance en danger (GIPED) continue de à travailler en étroite collaboration étroitement avec les Cellules de recueil d’informations préoccupantes (CRIP) des conseils départementaux.

Enfin, les associations de protection de l’enfance restent plus que jamais à l’écoute pour fournir des conseils ou des orientations vers des services compétents, notamment :
  La Voix De l’Enfant : 01 56 96 03 00
  L’enfant Bleu – Enfants maltraités : 01 56 56 62 62
  Colosse aux pieds d’argile : 07 50 85 47 10
  Stop maltraitance / Enfance et Partage : 0 800 05 1234

6. Plateforme citoyenne, réserve civique, mobilisation des étudiants travailleurs sociaux

Le Gouvernement met en place une plateforme de mise en relation d’associations qui expriment des besoins de renfort et de personnes qui peuvent apporter leur concours, tels que les jeunes qui effectuent leur service civique ou les éducateurs sportifs :

www.jeveuxaider.gouv.fr

pdf Communiqué de presse COVID-19 Protection de l’enfance Téléchargement (187.2 ko)

pdf Courrier d’Adrien Taquet Téléchargement (199.6 ko)

pdf Fiche consignes Covid19 pour les assistants familiaux Téléchargement (622.9 ko) 

pdf Fiche consignes Covid19 pour les professionnels de la protection de (...) Téléchargement (639.1 ko )

 

 

 

 



Dernière mise à jour le 16.11.2020

Abonnez-vous…